Pour tout savoir sur de diabète de type 2

Du 17ème siècle à 1921

Pour tout savoir.

 

Une période de transition.

 

17ème siècle.

 

Thomas Willis (1621-1675), savant médecin anglais, redécouvre le goût sucré de l'urine déjà décrit par Susutra deux mille ans plus tôt, et il écrit : "Le diabète est une affection du sang : le sucre va d'abord dans le sang et ensuite seulement dans l'urine".

 

Pour poser le diagnostic, il recommande de goûter l'urine afin de l'identifier. Pour la première fois, il établit une corrélation entre le diabète et le contexte socio-économique des différentes classes sociales. Il décrit ainsi deux sortes de maladie : une curable et une incurable. Comme traitement, il recommande l'eau citronnée, du riz, des plantes visqueuses et de l'orge mélangée au lait.

 

Le médecin suisse Johann Conrad Brunner (1653-1727) s'intéresse au diabète dès 1685 et tente d'approfondir la question en s'interessant au pancréas. Il se pose alors la question : le pancréas est-il vital pour l'organisme ou pas? Il procède alors à l'ablation du pancréas chez des chiens et constate que les animaux sont tout d'abord pris d'une soif intense et urinent abondamment mais que ces symptômes disparaissent ensuite. Les animaux ne mouraient pas. Il en conclut donc que le pancréas devaient être considéré comme non vital pour l'organisme.

 

Que s'était-il passé? Ce n'est que deux cents ans plus tard (Cf. ci-dessous) que l'on prouva que de petits restes de pancréas suffisaient à fournir assez d'Insuline pour répondre aux besoins de l'organisme. Brunner avait laissé des fragments de pancréas dans le corps des animaux et cela le consuisit à des conclusions érronées.

 

18ème siècle.

 

En 1776, le médecin anglais Matthew Dobson (1745-1784) prouve que les diabétiques ont trop de sucre aussi bien dans le sang que dans les urines. Il écrit alors avec une grande clairvoyance :" ...l'urine a un goût semblable au sucre brun. Je crois que le diabète se caractérise par l'élimination continue d'une masse semblable à du sucre. Celle-ci, et le goût sucré du sérum sanguin le confirme, est préformée dans le sang."

En 1780, le médecin anglais Francis Home (1719-1813) découvre une méthode pour prouver la présence de sucre. En ajoutant une levure à l'urine des diabétiques, le sucre qu'elle contient fermente. Home constate alors que le goût sucré disparaît.

 

Durant les mêmes années, le médecin militaire anglais John Rollo (1749-1809) parvient à prouver indirectement la présence de sucre dans le sang. Il observe que les échantillons de sang de personnes en bonne santé commencent à se décomposer après 4 jours d'exposition à l'air libre, contrairement à ceux des diabétiques. Il ajoute alors du sucre de canne au sang prélevé sur des personnes en bonne santé et observe également un arrêt de la décomposition. On sait aujourd'hui qu'une  forte concentration en sucre inhibe le développement microbien !

 

Rollo met alors au point un régime pauvre en glucides qu'il expérimente avec succès sur le capitaine Meredith qui présente un excès de poids. Le régime se compose de lait et d'eau de chaux pour le petit déjeuner et la collation du soir, de pudding à base de sang de porc pour le déjeuner et de viande faisandée, voire avariée, pour le dîner. Il observe que le taux de sucre contenu dans l'urine augmente lorsque son patient consomme de la tarte au pommes ou de la bière. Il conclut de cette observation que la diabète est une maladie de l'appareil digestif.

 

19ème siècle.

 

En 1835, l'italien Felice Ambrosiani (1790-1843) parvient à isoler des cristaux de sucre dans le sang et les urines de personnes atteintes de diabète.

En 1838, les français Peligot et Bouchardat apportent, chacun séparément, la preuve que ce sucre est du Glucose.

 

Pour sa part, Apollinaire Bouchardat (1809-1886) observe qu'au cours du siège de Paris (1870-1871), de nombreux diabétiques sous-alimentés n'avaient plus de sucre dans les urines. C'est ainsi qu'il leur donna le conseil :"Mangez le moins possible".

 

En 1869, une découverte décisive est faite par l'allemand Paul Langerhans (1847-1888) : il met en évidence dans le pancréas une structure cellulaire en forme d'îlots dont il ne parvient pas à élucider la fonction.

 

En 1889, deux strasbourgeois Joseph von Mering (1849-1908) et Oskar Minkowski (1858-1931) tous deux pharmacologues et spécialistes des maladies organiques, procèdent à l'ablation du pancréas chez des chiens mais en prenant soin d'enlever cette fois la totalité de l'organe (contrairement à Brenner deux cents ans plus tôt). Les animaux présentent alors les symptômes typiques du diabète : soif excessive, urines abondantes contenant du sucre et amaigrissement rapide malgré une alimentation copieuse. Ils meurent tous très rapidement.

 

Le pancréas est dès lors considéré comme un organe vital et la maladie qualifiée de diabète pancréatique.

 

Les deux chercheurs découvrent également l'apparition d'acétone dans les urines. Minkowski, pour sa part, démontre que le diabète ne se déclare pas s'il réimplante sous la peau de l'animal à qui il a enlevé le pancréas, des fragments de celui-ci.

 

Plusieurs laboratoires de recherche entrent alors en compétition pour identifier cet extrait vital sécrété par le pancréas et cause, par son absence, du diabète. Il faut en effet rappeler qu'au début du 20ème siècle, ce diagnostic est encore synonyme de mort. De plus, cette terrible maladie semble toucher préférentiellement les enfants. Elle excite donc fortement les chercheurs qui souhaitent apporter leur contribution à sa guérison.

 

20ème siècle.

 

En 1908, Georg Ludwig Zueler (1870-1949) obtient un extrait de pancréas de veaux. Bien que la préparation qu'il nomme "Acomatol", semble agir, elle est bientôt abandonnée en raison d'effets secondaires importants certainement dus à des impuretés. Il augmente alors la pureté de sa préparation et reprend ses essais sur l'animal. Ceux-ci manifestent des tremblements, des accès de transpiration et une accélération du rythme cardiaque, symptômes qui évoquent une crise d'hypoglycémie sans que l'on puise aujourd'hui, l'affirmer. 

 

Dérnière modification le 08/02/2012 à 22:30:02
page précedentepage suivante