Pour tout savoir sur de diabète de type 2

La maladie est déjà là...

Le diabète est insidieux, il vous détruit à petit feu.

L'indispensable.

 

La maladie est déjà là, elle n'est qu'un trouble du fonctionnement de vos Cellules, vous ne sentez rien pendant des années et pourtant votre corps fonctionne mal. Déjà, il gère mal son rapport à l'énergie.

 

Insulinorésistance, augmentation dans un premier temps puis diminution de la sécrétion de l'Insuline, syndrome métabolique, toutes ces terminologies témoignent des progrès hésitants dans la compréhension des mécanismes d'apparition du diabète 2. Cependant, un élément est désormais absolument acquis : les désordres du métabolisme du Glucose et des rapports de la Cellule à son énergie apparaissent progressivement, de façon insidieuse et insensible.

 

Le diabète 2 est toujours une maladie sournoise qui ne prévient pas.

 

Insulinorésistance.

 

La première étape est sans doute celle de l'insulinorésistance. Cela signifie que la Cellule devient, progressivement, de moins en moins sensible à l'action de l'Insuline qui, à l'état normal, sert de "passeur" pour y faire entrer le Glucose, source principale d'énergie .

 

Comment?

 

Pour exercer son action de passeur, l'Insuline doir se fixer sur des récepteurs de la membrane cellulaire. Tout se passe comme si ces récepteurs étaient déformés ou simplement moins aptes à capter l'Insuline.

 

Cet insulinorésistance se traduit au début par une légère augmentation de la glycémie, majorée après les repas, et par une augmentation de l'insulinémie (Insuline circulant dans le sang) . En effet,  la perte de la sensibilité des récepteurs à l'Insuline entraîne, de la part des Cellules, une demande accrue d'Insuline ce qui ne résout pas le problème et, par ailleurs, épuise peu à peu les Cellules β du pancréas. Le cycle infernal s'installe, pour des années, à bas bruit. Puis les Cellules β ne peuvent plus répondre à la demande accrue de production d'Insuline. La concentration d'Insuline dans le sang diminue, la glycémie augmente  et vous entrez dans le diabète 2.

Dans un proche avenir il sera probablement possible de doser l'Insuline du sang de manière courante en laboratoire de ville (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui) et de dépister les situations d'insulinorésistance pour tenter de prévenir le passage de cet état vers le diabète 2 constitué.

 

Syndrome métabolique.

 

Le syndrome métabolique est un ensemble de facteurs qui semblent prédisposer à l'insulinorésistance. A moins que ce ne soit l'insulinorésistance qui crée peu à peu le syndrome métabolique ou l'aggrave? Ce syndrome regroupe :

 

* Une obésité androïde c'est à dire un surpoids avec accumulation des graisses au niveau abdominal. Celle-ci est mesurée par le tour de taille qui doit être inférieur à 102 chez l'homme et à 88 chez la femme.

 

* Un bilan des graisses du sang perturbé avec un taux élevé de triglycérides et un taux trop bas de HDL cholestérol (celui qui est considéré comme le "bon cholestérol").

 

* Des triglycérides > à 1,7 mmol/l (1,50 g/l) sont considérées comme en excès.

 

* Des HDL < à 1,04 mmol/l chez l'homme (0,40g/l) et à 1,29 mmol chez la femme (0,50g/l)  sont considéres comme trop basses.

 

* Une pression artérielle trop élevée c'est à dire ≥ à 130/ 85 ou un traitement antihypertenseur connu.

 

* Une glycémie à jeun ≥ 6,1 mmol/l (1,26g/l) est considéré comme trop élevée.

 

On considère que vous êtes atteint d'un syndrome métabolique si au moins trois de ces critères sont présents. Vous êtes alors à haut risque d'accidents cardio-vasculaires.

 

Excès de poids, obésité et graisse viscérale.

 

Cet ensemble, insulinorésistance et syndrome métabolique, est très fortement lié à un excès de poids ou à une obésité qui, notamment par l'action néfaste de la graisse viscérale (Cf. "Haro sur le bidon"), font le lit de la pandémie de diabète 2 qui envahit tous les pays du monde.

Il en résulte que toute prévention et toute lutte contre le diabète 2 commence par une lutte contre l'excès de poids et l'obésité.

 

L'avis du Dr Gérard Pacaud.

 

Si vous vous reconnaissez une de vos caractéristiques  dans l'un des critères évoqués ci-dessus, n'hésitez pas à consulter votre médecin. La prescription de la mesure de votre glycémie (Cf. "La glycémie à jeun") permettra de lever le doute.

 

Ce chapitre a été mis à jour en novembre 2017.

 

 

Dérnière modification le 17/11/2017 à 23:46:21

mauvaise entente entre l'insuline et ses récepteurs

l'insulinorésistance est silencieuse mais s'accompagne de signes biologiques décelables sur une prise de sang