Pour tout savoir sur de diabète de type 2

Pallier le manque d' incrétines

L'indispensable.

 

Les incrétinomimétiques  sont des produits obtenus par synthèse chimique dans l'industrie pharmaceutique.

 

On appelle "incrétines", les Hormones produites par le système gastro-intestinal en réponse à une prise alimentaire et qui stimulent la production d'Insuline par le pancréas tout en réduisant l'appétit par action sur la commande centrale de l'hypothalamus (située au centre du cerveau).

 

 

Deux incrétines essentielles ont été identifiées : Le GLP-1 ou " Glucagon-like peptide-1", le GIP ou "Gastric inhibitory polypeptide". 

 

 

La GLP-1 ou " Glucagon-like peptide-1" est une petite protéine (Cf. "La famille des protéines") sécrétée par l'iléon (première partie de l'intestin grêle) et le colon (gros intestin) au moment de la prise alimentaire. Elle stimule la sécrétion d'Insuline, elle réduit la sécrétion de Glucagon, elle inhibe la sécrétion de la muqueuse de l'estomac et sa motilité. De plus par action sur l'hypothalamus (situé dans le cerveau), elle réduit l'appétit donc la prise alimentaire.

Le GIP ou "Gastric inhibitory polypeptide" est aussi une petite protéine qui stimule la sécrétion d'Insuline et inhibe la sécrétion acide de l'estomac.

 

 Mode d'action des "incrétines".

 

Si on injecte l'hormone GLP-1 chez l'homme, on observe une diminution de la prise de nourriture due à un ralentissement de la vidange de l'estomac qui induit une sensation de satiété par action sur des récepteurs de l'hypothalamus, petit organe situé au centre du cerveau qui contrôle, notamment, l'appétit.

 

Ces deux Hormones sont des "peptides" donc des petites protéines (Cf. "La famille des protéines"). Elles sont donc facilement détruites par les sécrétions de l'estomac et de l'intestin.

 

Les remèdes.

 

Deux types de remèdes ont été mis au point  à partir de l'étude de ces Hormones.

 

Premier type de remèdes : ceux qui imitent les Hormones. Ainsi l'"exénatide", le "liraglutide" et le  "lixisénatide", trois petites protéines qui ressemblent au GLP-1 et doivent être injectées car  leur nature protéique  fait qu'elles sont facilement digérées par les sucs de l'estomac.

 

Deuxième type de remèdes : ceux qui ont pour action d'éviter la dégradation des incrétines par une enzyme, la DPP-4 (dipeptidyl peptidase-4) (Cf. "Les enzymes, secrets de la vie" ) contenue dans les sécrétions du tube digestif et qui détruit normalement le GLP-1 et le GIP. Ces médicaments qui agissent de façon indirecte, ont l'avantage de pouvoir être pris par voie orale. Ces molécules appartiennent à la famille des "gliptines".  Il en existe aujourd'hui 5 qui s'appellent : sitagliptine, vildagliptine, saxagliptine, linagliptine et alogliptine

 

 Mode d'action des remèdes "incrétino-mimétiques".

 

Ces remèdes sont donc les derniers découverts et commercialisés ( pour le premier en 2008). Dans les deux cas ils sont réputés stimuler la sécrétion d'Insuline en diminuant l'appétit ce qui entrainerait une légère baisse de poids.

Ils sont complémentaires des autres familles d'hypoglycémiants, la metformine, les sulfamides, les glinides, les inhibiteurs de l'alpha-glucosidase et les glitazones.

 

Pour avoir plus de détails sur les  incrétino-miimétiques, vous pouvez consulter la fiche "Les  incrétino-mimétiques 2".

 

L'avis de la revue "Prescrire".

 

Il fait noter qu'en février 2017, le revue "Prescrire", la seule revue médicale absolument indépendante de l'Industrie pharmaceutique, a préconisé l'arrêt de l'utilisation des  gliptines (sitagliptine, vildagliptine, saxagliptine, linagliptide et alogliptine) au motif de l'absence démontrée de vrai bénéfice thérapeutique et des risques d'effets secondaires en cours d'évaluation.

Cette revue écrite par des médecins praticiens est particulièrement sérieuse et son avis doit être suivi.

 

 

 

 Ce chapitre a été mis à jour en  novembre 2017.

Dérnière modification le 18/11/2017 à 11:54:13

remèdes récents, efficaces mais dont on connait mal les effets secondaires à long terme