Pour tout savoir sur de diabète de type 2

Une cause fréquente d'amputation.

Attention : atteinte insidieuse, c'est la perte de sensibilité au niveau des pieds qui fait le lit des graves lésions de ce membre chez les diabétiques.

L'indispensable.

 

Le pied diabétique pourrait être remisé dans le catalogue des maladies du passé si les diabétiques 2 prenait vraiment en charge leur maladie.

Au contraire, c'est une des complications les plus redoutées car elle peut conduire à l'amputation.

 

Je vais longuement parler de ce problème crucial avec comme objectif de convaincre tous les diabétiques 2,  donc chacun d'entre vous,  qu'une meilleure prise en charge de votre maladie permet d'écarter ce drame trop fréquent qu'est l'amputation.

 

Pourquoi les pieds?

 

Le pieds est un membre particulièrement fragile concernant le diabète 2.

Deux des complications majeures du diabète 2 se conjuguent pour créer cette situation : l'artérite (Cf. " Les grosses artères et votre coeur") et la Neuropathie (Cf. "Nerfs à fleurs de peau").

 

On peut comprendre facilement qu'en cas d'artérite  avec l' obstruction progressive des artères, le pied sera facilement touché puisque, situé à l'extrémité des jambes, il est irrigué (vascularisé) par des artères de plus petit calibre. Il reçoit alors moins d'oxygène et se trouve en état de mauvais fonctionnement métabolique. Il faut en effet savoir qu'il faut 20 fois plus d'oxygène pour obtenir la cicatrisation d'une plaie que pour assurer la vie normal de la peau saine. Une plaie, même minime, due à la blessure d'une chaussure ou à un ongle incarné mal taillé, chez un diabétique 2, risque donc de ne pas cicatriser

L'atteinte des nerfs périphériques, pour sa part, entraîne une altération de la sensibilité et une diminution voire une perte du système d'alerte qu'est la douleur.

 

Qu'est-ce qu'un pied diabétique?

 

Tous les diabétiques ont deux pieds (!) qui subissent forcément la maladie. Le but est donc de dépister  l'atteinte des artères (artérite) et l'atteinte des nerfs ( Neuropathie) à leur niveau.

 

Dépistage et prévention

 

C'est le rôle du médecin praticien de rechercher les  symptômes d'ischémie (diminution du flux sanguin) et  d'atteinte des nerfs (troubles de la sensibilité, abolition des réflexes, perte de la sensation de douleur). Mais vous devez l'aider  en lui signalant les petites signes que vous avez pu observer : pied plus chaud ou plus froid; peau devenue plus fine à certains endroits et augmentation de l'épaisseur avec formation cornée (hyperkératose) à d'autres endroits notamment au niveau des points d'appui du pied; troubles de la sensibilité des orteils. Surtout n'oubliez pas de lui signaler une éventuelle blessure du pied qui aurait échappé à votre attention dans les mois précédents et qui aurait guéri suite à vos soins.

 

Les lésions

 

Les ulcérations ischémiques.

 

Il s'agit de plaies situées souvent au pourtour du pied, provoquées par le frottement de la chaussure et entretenues par la diminution du flux sanguin. La peau, le plus souvent  fine et fragile à cet endroit,  résiste mal au plus léger traumatisme. Noter qu'il faut éviter de coller du sparadrap sur cette peau. Son ablation peut créer une nouvelle plaie plus étendue que la précédente ! 

 

Le mal perforant.

 

Il siège très souvent au niveau des points d'appui du pied, donc sous le pied, sur la plante des pied et parfois au niveau de la pulpe d'un orteil déformé en griffe. Il s'agit d'une lésion complexe qui a évolué et dont la partie visible cache une partie sous-jacente beaucoup plus importante sous la forme d'une cavité de décollement de la peau, toujours infectée.

 

L'ostéite.

 

Sous la peau de la plante du pied se trouve des os qui forment le squelette du pied (notamment les métatarsiens, sièges priviligiés du mal perforant). On comprend que la lésion installée sous la peau puisse facilement atteindre ces os et provoquer une lésion grave appelée "ostéite".

 

Quels sont les diabétiques 2 à risques?

 

Les diabétiques âgés.

Ils sont pratiquement tous atteints d'une Neuropathie (Cf. "Nerfs à fleur de peau") plus ou moins importante du fait du long temps d'évolution de leur diabète 2. Leur âge les prédispose aux troubles de la statique, à l'arthrose et à la baisse de l'acuité visuelle (Cf. "Attention aux yeux") qui peuvent gêner l'autosurveillance et le soin des pieds pour des raisons de raideur ou de mauvaise vue par exemple.

Ces sujets ont le plus souvent besoin d'une tierce personne pour assurer les soins des pieds.

 

Les diabétiques 2 alcoolo-tabagiques.

Le tabagisme aggrave toujours une artérite diabétique (Cf. "Diabète 2 et facteurs de risques"). L'alcoolisme aggrave toutes les pathologies. Les troubles psycho-sociaux surajoutés représentent aussi des obstacles majeurs à la prévention et aux soins des pieds diabétiques.

 

Les diabétiques 2 ayant une atteinte sévère des petites artères.

L'atteinte des petites artères s'appelle la "Microangiopathie" (Cf."Les complications du diabète"). Elle touche la rétine, les reins et les nerfs. Les diabétiques 2 qui ont une atteinte des reins, une "néphropathie" (Cf."Rein vulnérables") voient leur artérite et leur Neuropathie aggravées.

 

Les diabétiques greffés rénaux.

La situation précédente aboutit trop souvent à des  greffes rénales suite à une insuffisance rénale qui a contraint à dyaliser le sujet diabétique 2 (Cf."Rein vulnérables"). L'obligation d'un traitement immunosuppreseur qui évite le rejet de la greffe favorise l'altération des artères donc contribue à l'apparation de lésions du pied.

 

Examen des pieds obligatoire.

 

Chez tous ces diabétiques à risques, l'examen des pieds s'impose à chaque consultation.

 

Les chiffres.

 

5 à 10 % des diabétiques 2 seront un jour victime d'une amputation !

15 à 25% des diabétiques 2 présenteront un ulcère du pied.

Dans le monde, une amputation est réalisée toutes les trente secondes chez un diabéétique de type 2. Plus de 50 % des amputations de cuisse ou de jambe sont réalisées chez des diabétiques. Cela représente 10 000 cas annuels en France et 85 000 cas aux Etats-Unis.

En France , 1 amputé sur 2 est diabétique.

 

70 % de ces amputations ont lieu chez des diabétiques 2 de plus de 65 ans.

La gangrène des extrémités est 40 fois plus fréquente chez les diabétiques que chez les  non diabétiques.

 

50 % des amputations des diabétiques pourraient être évitées si un véritable plan de prévention était appliqué.

 

Malgré l'évidence de sa gravité et les chiffres cités qui sont alarmants, le pied diabétique reste négligé.

 

Pourquoi cette négligeance ?

 

Le Pr André Grimaldi, spécialiste chevronné du diabète, y voit 5 raisons.

 

1. L'absence de douleur. Comme pour la maladie diabétique dans son ensemble, le sujet ne sent rien, il ne se plaint donc pas et n'attire pas l'attention du médecin sur une petite plaie qui ne guérit pas mais qui ne le gène pas. Il continue de porter les mêmes chaussures qui le blessent et aggravent sa lésions.

 

2. Le médecin praticien lui-même n'est pas spécialement formé aux soins podologiques et n'examine pas systématiquement les pieds des diabétiques. Ceux-ci ne sont pas non plus enclins à se déchausser surtout si leur hygiène est douteuse et si, de surcroit, ils sont obèses et arthrosiques.

 

3. De plus, le médecin praticien n'est pas   interpellé aussi fortement que le spécialiste par ce drame. Sur la quarantaine de diabétiques qu'il suit dans sa patientèle, 3 ou 4 seulement seront concernés par ce problème qui interviendra éventuellement dans plusieurs années. La surcharge des consultations fait que l'on pare souvent au plus urgent et que l'on peut remettre à demain des symptômes dont ne parle pas le patient.

 

4. La plupart (70 %) des amputations surviennent après 65 ans et, bien que les choses commencent à changer du fait du vieillissement de la population, l'âge n'attire pas spécialement la compassion publique d'autant plus que, statistiquement, un tiers à la moitié des patients seront décédés (le plus souvent d'Infarctus du myocarde. dans les 5 ans qui suivent l'amputation.

 

5. Il faut ajouter une raison psychologique étrange mais bien réelle : dans l'esprit des soignants comme des patients, le pied n'est pas considéré comme un organe noble ! Et pourtant, les pieds nous portent et nous transportent.

 

Conseils concernant les riques au niveau des pieds.

 

1. Vous êtes diabétiques 2, vous devez donc   fréquemment vérifier la sensibilité de vos pieds. Rappelez-vous : "pied insensible, pied en danger".

 

2. Vous êtes diabétiques 2, vous devez donc vous préoccupez de la circulation du sang dans vos pieds en recherchant si vos pieds sont froids, parfois plus froid d'un côté, si leur peau semble plus fine, plus fragile. Vous devez aussi rechercher une douleur dans le mollet qui intervient après quelques centaines de mètres de marche. il s'agit d'une sensation de serrement qui disparaît au repos et permet de repartir. Elle est un bon signe d'artérite mais est relativement rare chez le diabétique 2 qui d'une façon générale ressent peu la douleur.

 

3. Vous êtes diabétiques 2, vous devez donc appliquer une hygiène rigoureuse à vos pieds. Lavage soigneux, séchage méticuleux pour éviter la macération, changement quotidien de chaussettes, choix de chaussures confortables au cuir souple et au bout large, élimination de tous produits réputés détruire les cors car ils créent souvent des lésions de la peau.

 

4. Vous êtes diabétiques 2, vous devez impérativement arrêter de fumer. On ne clamera jamais assez fort les méfaits du tabagisme sur la santé mais, concernant le diabète 2, l'impact est violent notamment concernant l'atteinte de toutes les artères. L'arrêt du tabac sera bon pour vos poumons et sera excellent pour vos pieds. Rappelez-vous : il n'y a pas de petit tabagisme !

 

5. Vos êtes diabétiques 2, vous devez donc équilibrer votre diabète, avec une HbA1c.égale ou inférieure à 7% (Cf." L'hémoglobine glyquée"), si posible moins. Cette recherche de l'équilibre est une nécessité pour arrêter l'évolution de votre maladie mais aussi pour stopper la survenue des complications dont celles du pied.

 

6. Vous êtes diabétiques 2, vous devez donc apprendre à protéger vos pieds. Par tous les moyens. Apprenez à considérer et à aimer vos pieds. En bon état, ils seront un bon témoin de la bonne prise en charge de votre diabète.

 

Le livre qui m'a servi de référence pour rédiger ce document sur le pied diabétique est celui du Pr André Grimaldi, "Guide pratique du diabète", Masson Editeur, 4ème édition, 2009. Ce livre écrit pour les médecins est à la fois complet et remarquable...pour les praticiens !

 

Ce chapitre a été relu et mis à jour en octobre 2013.

 

 

Dérnière modification le 11/10/2013 à 13:09:30

un drame qui conduit à l'amputation dans de trop nombreux cas