Pour tout savoir sur de diabète de type 2

La rétinopathie diabétique.

On peut devenir aveugle si on ne soigne pas son diabète. Chaque année, la moitié des cécités (perte de la vision) sont dues au diabète.

L'indispensable.

 

Les yeux nous permettent de voir le monde environnant grâce à une structure complexe qui tapisse le fond du globe oculaire : la rétine. Il s'agit d'une sorte d'appareil photographique qui capte les signaux lumineux pour les transmettre au cerveau. Celui-ci les analyse et les transforme en images qui sont ensuite interprétées et stockées.

 

La rétinopathie diabétique.

 

La rétine consomme beaucoup d'énergie donc beaucoup d'oxygène et, pour être approvisionnée en oxygène, elle est richement pourvue de petites artères. Celles-ci, comme toutes les autres artères de notre corps, sont attaquées par le processus d'athérome déclenché par la maladie diabétique. Peu à peu la rétinite diabétique s'installe. Elle se manifeste par une occlusion progressive des petites artères, une diminution de leur capacité d'irrigation (ischémie), des hémorragies et un oedème.

Si le diabète2 n'est pas traité, cette altération progressive conduit d'abord à la baisse d'acuité visuelle puis à la perte de la vision (cécité).

Attention, aucun symptôme n'est révélateur de la rétinopathie diabétique avant le stade des complications ! L'examen du  Fond d\'oeil est donc incontournable. Rappelons la  formule  très imagée proposée par l'excellente revue "Equilibre" : "Gardez votre diabète à l'oeil".

 

Les chiffres.

 

Les chiffres sont alarmants.

Après 15 à 20 ans d'évolution de la maladie, l'irrigation sanguine de la rétine est diminuée chez près de 80% des diabétiques 2.

Après 15 ans d'évolution de la maladie, 2% des diabétiques2 perdent la vue et 10% souffrent de malvoyance.

Le risque de cécité est 25 fois plus élevé chez les diabétiques que chez les non diabétiques.

Le diabète 2 est la première cause de cécité avant 50 ans. Il en est la troisème après 50 ans, derrière le glaucome et la dégénérescence maculaire sénile.

En France, chaque année, près de 1000 personnes deviennent aveugle à cause d'une rétinopathie diabétique.

 

Consulter un Ophtalmologue.

 

La surveillance de cette complication redoutable impose à tous les diabétiques une consultation chez l'Ophtalmologue chaque année. Lorsque la rétinite est déclarée, il faut consulter  plus souvent.

Le premier examen à pratiquer chez le diabétique 2 est le Fond d\'oeil. En cas de lésions détectées, le deuxième examen  à pratiquer est une angiographie rétinienne.

 

Aujourd'hui (octobre 2013) le dépistage de la rétinopathie est devenu facile grâce au rétinographe qui permet de prendre une photographie de la rétine sans dilatation préalable de la pupille. Cet exame rapide, indolore et  très efficace peut être pratiqué par un orthoptiste qui transmettra la photo pour lecture à un Ophtalmologue. Ceci permet de pallier la faible concentration d'Ophtalmologues en France qui impose des délais souvent très longs (plusieurs mois) pour une consultation. En Ile de France, le réseau Ophdiat avec 35 centres de dépistage connectés à un centre de lecture des clichés, permet déjà de dépister 10 000 patients par an. Cette initiative se développe dans toute la France. Le seul frein actuel à son déploiement est l'absence de cotation de l'acte de lecture du cliché par l'Ophtalmologue, acte qui, de ce fait, n'est pas remboursé ! La Sécurité Sociale devrait rapidement (??) combler cette lacune.

 

Un traitement efficace.

 

Le traitement de la rétinite commence par une prise en charge  rigoureuse du diabète 2. Mais il faut aussi insister sur l'efficacité du traitement par le laser qui permet dans la majorité des cas de sauvegarder l'acuité visuelle.Le traitement de l'oedème maculaire fait aussi l'objet de nombreuses avancées notamment avec l'utilisation de corticoïdes injectés dans le corps vitré.

 

L'avis du Dr Gérard Pacaud.

 

Concernant vos yeux, vous devez être particulièrement vigilant. Il faut en effet rappeler que le diagnostic de diabète 2 est fait, le plus souvent, avec des années de retard. C'est pourquoi, dans 10 à 20 % des cas il existe déjà une rétinopathie diabétique à ce moment là, qui se développe à bas bruit, sans aucun symptômes. Il ne faut jamais attendre la baisse de l'acuité visuelle qui témoigne déjà de lésions rétiniennes avancées. Vous ne devez pas pratiquer la politique de l'autruche en affrimant :"ma vue est bonne".

 

C'est votre médecin traitant qui doit demander systématiquement l'examen du Fond d\'oeil. C'est votre Ophtalmologue qui décidera de l'opportunité de l'angiographie rétinienne.

 

Je dois attirer votre attention sur les précautions à prendre lors de la consultation de votre Ophtalmologue qui doit pratiquer une dilatation des pupilles. Il est recommandé de s'y rendre soit en transport en commun, soit en taxi, soit accompagné, car une fois les pupilles dilatées, il est difficile et pas du tout recommandé, de conduire sa voiture. Pour éviter d'être ébloui il est conseiller de porter de lunettes de soleil. Enfin, si vous devez  subir une angiographie rétinienne, il faut savoir que celle-ci peut provoquer des nausées qui peuvent être atténuées par un traitement adapté. Enfin, ne vous étonnez pas si de façon transitoire vos urines  et votre peau  sont un peu  jaune  pendant quelques heures : cet effet secondaire est dû au produit  qui vous a (éventuellement) été injecté pour visualiser vos artères rétiniennes, la fluorescéine.

 

Ce chapitre a été relu et mis à jour en  octobre 2013.

Dérnière modification le 11/10/2013 à 12:51:13

la rétinopathie diabétique est trop fréquente en France