Pour tout savoir sur de diabète de type 2

L'apnée du sommeil, une complication fréquente

Les apnées du sommeil sont trop négligées. Elles contribuent à l'aggravation du diabète 2.

L'indispensable.

 

Le Syndrome d'Apnées du Sommeil (SAS) est très fréquent chez les diabétiques 2, surtout chez les personnes obèses ou en excès pondéral, et devrait être intégré dans le bilan effectué au moment du diagnostic de la maladie.

 

De quoi s'agit-il?

 

Le SAS est caractérisé par 2 symptômes majeurs : des ronflements souvent très impressionnants, repérés par les partenaires de lit ou de chambre,  et des arrêts respiratoires au cours du sommeil.

D'autres symptômes complètent fréquemment le tableau :

 

-Des maux de tête matinaux.

-Des épisodes de somnolence durant la journée avec augmentation des risques d'accidents de la route.

-Un manque d'énergie durant le travail ou les occupations diurnes.

-Des troubles de la concentration et de la mémoire.

-Une altération de l'humeur avec tendance à la dépression.

-Troubles de l'activité sexuelle (troubles de l'érection chez l'homme et perte du désir chez la femme).

 

Le mécanisme.

 

Les personnes atteintes de SAS subissent, pendant leur sommeil, un rétrécissement du larynx lié à un relachement musculaire. La circulation de l'air devient alors plus difficile ce qui entraîne des vibrations de la paroi et le ronflement. Si les voies aériennes se ferment totalement, la respiration cesse temporairement.

 

 

Durée et fréquence.

 

 Les ronflements surviennent presque chaque nuit et sont aggravés par un repas lourd ou alcoolisé le soir. Leur durée est variable mais ils provoquent une nuisance sonore qui incommode presque  toujours les conjoints ou partenaires de lit.

Les apnées sont évidemment plus discrètes  mais le passage du ronflement à l'apnée (donc du bruit fort au silence total) réveille souvent la personne qui dort à proximité. Une apnée peut durer 10 secondes ou plus et peut se produire plusieurs centaines de fois par nuit.

 

Conséquences.

 

Ronflements et apnées perturbent le sommeil sans que le sujet en ait forcément conscience directement malgré un éveil très bref après chaque apnée. Mais ils entraînent surtout une mauvaise oxygénation de notre corps et, singulièrement, de notre cerveau. C'est donc tout notre métabolisme qui est perturbé de façon chronique et cela expliquent les signes décrits durant la journée : fatigue, somnolence, maux de tête,  manque d'énergie, troubles de la concentration et de la mémoire, dépression, troubles sexuels. Ce manque d'oxygène altère toutes nos fonctions cellulaires.

De plus, en enregistrant le sommeil des personnes atteintes de SAS, on observe qu'elles atteignent plus rarement le stade de sommeil profond et qu'elles ont moins d'épisodes de sommeil paradoxal (pendant lequel on rêve). Cela contribue à rendre le sommeil moins récupérateur.

Peu à peu ces apnées favorisent aussi l'apparition d'une hypertension artérielle ou l'aggrave lorsqu'elle existe. Elles prédisposent aux maladies cardiaques. Les derniers travaux semblent prouver qu'elles aggravent aussi le diabète 2.

 

Comment traiter?

 

Le meilleur traitement des SAS (Syndrome d'Apnée du Sommeil) est un bon traitement du diabète 2. A commencer par la diminution du poids chez les obèses et les personnes en excès pondéral (il faut insister sur ce point : on ne diminue pas les apnées du spmmeil chez les obèses sans perte de poids). Puis une bonne régulation de la glycémie avec une hémoglobine glyquée (Cf. "L'hémoglobine glyquée") qui doit  impérativement atteindre le chiffre 7 ou même être inférieur à 7.

 

Il existe  aussi un traitement mécanique palliatif. Il s'agit d'un appareil qui établit une pression positive continue dans les voies respiratoires et permet à l'air de circuler sans obstacles. Cet appareil à Presssion Positive Continue (PPC) est placé au chevet du patient et fournit l'air par l'intermédiaire d'un masque. Cet équipement est sûr. Il ne nécessite aucun acte chirurgical, ni médicament. Il améliore considérablement la vie des sujets atteints de SAS, mais il représente une gêne  importante dans la vie relationnelle. Cependant, les sujets qui en acceptent les inconvénients retrouvent un sommeil réparateur, ne ronflent plus et retrouvent de l'entrain et de l'énergie.

Signalons enfin les propositions chirurgicales qui consistent à découper le voile du palais pour augmenter le passage de l'air. Ces interventions sont très douloureuses et rarement couronnées de succès.

 

L'opinion du Dr Gérard Pacaud.

 

Vous devez  prendre très au sérieux le syndrome d'apnées du sommeil  car il handicape considérablement votre vie quotidienne et il est à l'origine de la dégradation de certains organes (le coeur notamment) par manque d'oxygénation.

Il survient très souvent chez des gens trop gros. Le premier réflexe doit être de s'efforcer de maigrir. Le seul amigrissement (quelques kilos !) entraîne très souvent une amélioration nette (parfois la disparition des apnées). La sensation d'un bien être récupéré vous incitera à suivre encore mieux votre traitement.

Ajoutons que des travaux récents et sérieux proposent une méthode originale pour diminuer les ronflements et les apnées consécutives. Il s'agit de chanter 20 minutes par jour. Cet exercice, en effet, agit sur les muscles de la gorge qui récupèrent alors une certaine tonicité et seront moins relacher pendant le sommeil. Chanter est aussi un bon moyen de lutter contre la tendance à la dépression des diabétiques.

 

Ce chapitre a été relu et mis à jour en  octobre 2013.

 

 

Dérnière modification le 11/10/2013 à 13:05:42
page suivante

pour l'apnée du sommeil, perte de poids et équilibre du diabète améliorent beaucoup la situation