Pour tout savoir sur de diabète de type 2

Pour mesurer l'énergie.

Pour rendre votre alimentation compatible avec votre diabète 2, vous devez comprendre la notion de "calories" qui permet d'évaluer ce que vous manger et comment vous consommez votre énergie.

L'indispensable.

 

 

 

 

 

La dépense énergétique.

 

 

 

Pour fonctionner notre organisme a besoin de "calories" qu'il va dépenser. Pour chaque personne, cette dépense énergétique se répartit selon 3 compartiments :

 

 

Premier compartiment :  le métabolisme de base.


Il s'agit de l'énergie utilisée par le corps au repos, pour son fonctionnement "de base" : respiration, battements du coeur, fonctionnement des organes et de toutes nos Cellules. Ce métabolisme de base représente 60 à 70 % de nos dépenses énergétiques.

 

Deuxième compartiment : la thermogenèse alimentaire.

 

Il s'agit de l'énergie dépensée pour la digestion et l'absorption intestinale des nutriments et le stockage de l'énergie produite. Cette thermogenèse ne représente que 10 % de nos dépenses énergétiques.

 

Troisème compartiment : l'activité physique.

 

 Il s'agit de l'énergie musculaire utilisée pour les déplacements, les activités ménagères, professionnelles, sportives ou autres. Cette activité physique représente 20 à 30 % de nos dépenses énergétiques. C'est essentiellement sur cette dernière que nous pouvons agir pour mieux équilibrer la balance énergétique c'est à dire faire en sorte que les "entrées alimentaires" compensent "les dépenses énergétiques".

 

On voit donc que notre marge de manoeuvre est limitée et cela confirme l'importance à accorder aux exercices physiques quotidiens de toute nature conseillés aux diabétiques 2 pour prendre en charge leur maladie (Cf. "La sédentarité" ). Ces recommandations sont primordiales chez les diabétiques obèses ou en excès de poids.

 

Quelques repères.

 

Sommeil ou repos complet : 60 Kcal.

Activité passive (TV, ordinateur, lecture, transports) : 90 Kcal.

Activités de bout ( toilette, habillage, travaux ménagers) : 120 Kcal.

Faire les courses : 240 Kcal.

Gymanstique, jardinage, marche à pied à 3 km/h : 170 Kcal.

Activité sportive (ski, tennis calme, vélo tranquille) : 300 Kcal.

Activité professionnelle intense : 300 Kcal.

Course à pied : 1000 Kcal.

Natation à 25m/mn : 360 Kcal.

Vélo à 16 km/h : 350 Kcal.

Football : 870 Kcal.

Basketball : 410 Kcal.

Handball : 720 Kcal.

Tennis (match) :450 Kcal.

Tennis de table : 310 Kcal.

Musculation : 330 Kcal.

Yoga :250 Kcal.

Golf : 270 Kcal.

Faire l'amour pendant 15 mln :70 Kcal.

 

Apports conseillés en énergie.

 

L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit ainsi les apports énergétiques que chaque individu de notre planète devrait recevoir :

 

"C'est la quantité d'énergie nécessaire pour compenser les dépenses et assurer une taille et une composition corporelle compatible avec le maintien à long terme d'une bonne santé et d'une activité physique adaptée au contexte économique et social".

 

Pour calculer ces apports énergétiques conseillés, on prend en compte les dépenses énergétiques de base, mais aussi les dépenses énergétiques induites par les situations physiologiques particulières : phase de croissance (stockage de protéines et de Lipides accru), grossesse (développement du foetus et du placenta), allaitement (production de lait). Le poids, la taille et l'activité physique de chaque individu doivent également être pris en compte pour évaluer ces besoins.

Vous retiendrez comme chiffres moyens pour une journée :

 

*Homme de 20 à 40 ans (70 kilos) : 2700 Kcal

*Homme de 41 à 60 ans (70 kilos) : 2500 Kcal

*Femme de 20 à 40 ans ( 60 kilos) : 2200 Kcal

*Femme de 41 à 60 ans (60 kilos) : 2000 Kcal

 

Ces chiffres sont à utiliser comme des repères adaptables à chacun et à chaque situation particulière compte tenu que nous n'avons pas tous le même métabomisme de base (Cf." Le métabolisme, un travail incessant"). Une marge de variation, en plus ou en moins, de 10 à 15 % est donc raisonnable. 

 

 

 

 

 

 

La notion d'énergie, même si elle parle à l'imagination, reste très floue. Les physiciens ont été les premiers à mettre au point une mesure de l'énergie que les biolgistes, les nutritionistes et les médecins ont adopté par la suite.

 

 

 

La calorie.

 

 

 

La calorie est l'unité de mesure des physiciens. Par définition, la calorie est la quantité de chaleur nécessaire pour élever la température d'1 gramme d'eau de 1° centigrade.

Pour les nutritionistes, la valeur énergétique d'un aliment correspond à la quantité de chaleur dégagée par sa combustion. Le plus souvent, on évalue la quantité de calories contenue dans 100 grammes d'aliment.

 

Pour cela on mesure donc la quantité de chaleur dégagée par la combustion de 100 grammes de l'aliment testé (soit A cette quantité)  et on divise le chiffre A obtenu par la quantité de chaleur nécessaire pour élever la température de 1 gramme d'eau de 1°centigrade (soit B cette quantité).

Le rapport A/B exprime en calories la valeur énergétique de 100 grammes de l'aliment.

 

 

 

 

Les unités utilisées.

 

 

 

 

 

En France, on utilise, pour unité, le Kilocalorie (Kcal) qui équivaut à 1000 calories.

L'unité internationale est le Kilojoule (Kjoule) avec l'équivalence : 1Kcal=4,18 Kjoule.

Dans les livres et les revues, on utilise communément le symbole C plutôt que celui de Kcal et on parle alors de "grande calorie".

 

 

Energie des aliments.

 

 

 

 

Ces définitions simples étant posées et assimilées, vous devez impérativement mémoriser les chiffres ci-dessous afin de pouvoir vous entraîner à évaluer les quantités de calories absorbées au cours de vos repas. C'est une tâche très facile. Un diabétique 2 devra sans cesse progresser dans ces évaluations afin de maîtriser de mieux en mieux ses apports alimentaires.

 

1 gramme de sucres apporte 4 C ou Kcal. 

1 gramme de  corps gras apporte 9 C ou Kcal.

1 gramme de  protéines apporte 4 C ou Kcal.

1 gramme d'alcool apporte 7 C ou Kcal. 

 

Vous pouvez trouver sans difficultés dans les tables de composition des aliments, en vente  dans les librairies, les quantités de sucres, corps gras et protéines contenus dans votre nourriture. Connaissant le poids de ce que vous mangez, il est très simple d'évaluer ou même de calculer assez précisément les quantités quotidiennes de calories que vous ingérez.

 

Ce chapitre a été relu et mis à jour en janvier 2014.

Dérnière modification le 17/01/2014 à 09:18:27

Des chiffres pour mieux comprendre